Plume & Papier

Lorsque la plume crisse doucement sur un bout de papier, ou dans un carnet. Lorsque les rêves et les pensées s'animent, lorsque la poésie rencontre une âme, lorsque les mots s'impriment, pour exprimer une pensée, une émotion, un désir,...

06 septembre 2009

Paix du coeur

Le monde hurle, au-dehors.Il hurle de tristesse, de haine et de désespoir.Au-dedans, les voix s'élèvent.Dona la pace, Signore, a chi confida in Te.Des centaines, quelques milliers de cordes vocales qui prient, silencieusement, à voix haute, ou dans leur coeur.Dona la pace, Signore.Un orage, un ouragan.Au-dehors, le monde se déchaîne, se déchire, dans une haine presque infinie, il s'entretue, inlassablement.Dona la pace, Signore.Dans l'église de la Réconciliation, les coeurs prient, encore et encore.Debouts, assis, à genoux, accroupis... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2009

Navigation

Un retour aux sources.Aux pulsions primaires de l'Homme.Aux pulsions qui le rendent si humain.Aux pulsions que l'on cherche à fuir, pour être Homme, pour être différent des animaux.Aux pulsions qui nous caractérisent, pourtant, qui font notre différence, qui font nos différences.Le temps file, instable, pourquoi voulions-nous l'enfermer dans des boitiers de montres ?Comme un cri, il s'exprime, comme un souffle de vent, il s'enfuit, nous grimace au visage et rit de notre bêtise.Courir, courir, après le temps, le temps perdu, le temps... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 21:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 juillet 2009

Âme démente

Des mots, des mots, des mots, je ne parle que de mots, de leur influence, de ce qu'ils peuvent porter, de l'effet qu'ils peuvent avoir sur certaines personnes, sur moi, sur eux, sur elles, mais pourquoi donc ?Parler d'autre chose, d'une autre mélodie, de quoi ? de musique ? je n'y connais rien, j'en fais l'expérience durant ces jours, de sentir que cela nous touche, nous transforme, mais, finalement, le problème n'est-il pas que je ne peux mettre des mots sur ce que je ressens ? la musique surpasse les mots, la parole, la poésie, les... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 20:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 juillet 2009

Moretto comme ta bouche - Est immense quand tu souris - Et quand tu ris - Je ris aussi - Tu aimes tellement la vie

Quel est donc ce froidQue l'on sent en toi ? Mais c'est la mort Qui t'a assassinée Marcia C'est la mort Tu t'es consumée Marcia Je vis, je meurs, je me brûle et me noye..... Laissez-moi vivre, ô vous démons qui me hantez, laissez-moi respirer cet air qui m'entoure, si impur, si sale, comme moi. Laissez-moi, ô laissez-moi en paix, où est le plaisir de faire souffrir une âme ? laissez-vous consumer, disperser, comme des cendres au soleil.
Posté par Celinouchka à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2009

Farx Atalis

Je pensais que ce serait comme d'habitude, des minutes et des des heures et des jours qui s'enchaînent sans fin, et puis finalement, j'ai pris conscience de la finalité.Le séjour dans la chambre froide fut suivit de celui dans les deux congélateurs, à la quête des crevettes et de la glace perdues.Et finalement on s'en fout.On s'en fout de se lever tôt d'être en retard au boulot comme d'habitude tous les jours malgré tous les efforts du monde, on s'en fout de se tordre le dos de se les cailler dans un endroit de transpirer dans un... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2009

Avec le temps...

Ses roues ont quitté le sol, l'avion s'est envolé, direction un ouest que je ne connais pas, que je ne voulais pas connaître, vers un monde de conquistadors qui effraie, éblouit, horrifie.Mes pieds sur les pavés de cette ville ancienne, Lisboa, pavés, chaleur, le vent un peu frais, parfois, et ces pavés, ces pavés, cette histoire ancrée dans ces pavés.Tremblement de terre, Candide me revient à l'esprit, j'ère dans Baixa, démoli, reconstruit, amour, humour, tourisme.Les boutiques de marchands de catelles, les maisons de catelles, les... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 20:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 juin 2009

Expressivité

Je n'ai plus de papier, laissez-moi m'exprimer.Je n'ai pas la douceur de sa voix, ni la douceur de ses mots.Je n'ai plus de mots, seul le silence me reste, pesant, ébranlant, faisant couler une goutte de sueur le long de mon dos. Les pages se tournaient, lentement, au soleil, avec un mélange de mots, ces mots, mots, mots, pesants, si lourds de sens, trop lourds, impossibles à affronter.Reprendre le temps de respirer, à trop dormir, l'on fait des songes bizarres, hanté de gens que l'on aime, qui nous effraient.Quatre semaines, quatre... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2009

Blackout

Quand les mots ne suffisent plus ou ont fui... ...Alors on crie. I realize I missed a dayBut Im too wrecked to care anywayI look around and see this faceWhat the hell have I lost my tasteDont want to find outJust want to cut outMy head explodes, my ears ringI cant remember just where Ive beenThe last thing that I recallI got lost in a deep black holeDont want to find outJust want to cut outBlackoutI really had a blackoutBlackoutI really had a blackoutBlackoutI really had a blackoutBlackoutI really had a blackoutI grab my... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 17:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 avril 2009

Le courrier des mots

On dit que c'est une chaîne, lorsqu'on la regarde.Oui, une chaîne, mais une chaîne de quoi ? Alors qu'en réalité, ce n'est qu'une ficelle, ou pire encore, une cordelette, toute mince, toute fine, toute frêle, comme cette jeune fille dans le train ce soir.Elle avait les jambes en X, squelettique, ou plutôt, non, même la cordelette était plus fine.Elle se brise, s'éffeuille, s'effrite, à force de tirer dessus, elle va céder, tantôt, peut-être.Et puis, elle s'est perdue.Je ne sais plus où, au départ, elle se trouvait dans ma poche, puis... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2009

Le soleil a éclairé sa face réelle, la laissant nue au devant de tous.

Le coeur vide et l'esprit trop plein, ou serait-ce le contraire ?Liszt a résonné, subitement, au réveil, puis plus tard, vers midi, avec le soleil bien haut, bien chaud, prenant la place des mots de Serge Reggiani, de Boris Vian, d'Arthur Rimbaud. Des mots chantés, des mots dansés, des mots de rébellion, de confrontation.Des mots profonds, comme ceux que j'ai omis, oublié de dire.Des mots qui font réfléchir (la différence entre le rêve et l'utopie), qui font pleurer, qui font rire comme le chant des enfants ce matin, leur voix... [Lire la suite]
Posté par Celinouchka à 12:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]